A l'instar de Don et Hyna

Retranscription de tous nos RP
 
AccueilFAQMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Contre la misère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dondarrion

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 21/10/2014

MessageSujet: Contre la misère   Sam 12 Sep - 19:53

Alors que Don rentrait à la maison après une "dure" journée de labeur. Sa canne à pêche sous le bras et un sac de poissons dans l'autre, il tomba sur un mendiant aux pieds nus, assis contre le rempart de la ville, il ne portait que des guenilles en lambeaux qui ne méritaient même pas le nom d'habits. Celui-ci était squelettique, maigre comme un clou, et le coeur de Don se serra à cette vision.

Don avait toujours été sensible au malheur des autres et il se rendit alors compte qu'il n'avait jamais rien fait de toute sa vie pour l'atténuer. Pourtant le Livre des Vertus et son éducation hautement aristotélicienne lui avaient bien appris la valeur de la charité et des bonnes oeuvres. Il s'imagina lui-même, il imagina Hyna et les enfants réduits à cette extrémité, survivre au jour le jour en dépendant de la bonne volonté des passants. Il s'avança alors vers le pauvre hère. C'était un vieil homme, à la barbe grise et sale, les rares dents qui lui restaient se découvrirent lorsqu'il demanda à Don un denier. Don s'agenouilla devant lui.

Bonjour vieil homme, que dirais-tu de partager mon repas ce soir? Nous avons un bon lit, des vêtements chauds et de la nourriture en quantité à la maison.

D'abord méfiant, le vieil homme consentit finalement à suivre Don, et ils arrivèrent devant la porte de la maison. Don sourit devant la mine surprise de sa chérie. Pourtant il savait le grand coeur qu'elle avait et ne doutait pas de l'accueil qu'elle ferait à leur nouvel hôte.

Coucou ma belle, je nous amène un invité, oh et il y a du poisson pour ce soir, à moins que tu aies déjà préparé quelque chose?
Revenir en haut Aller en bas
Hyna
Admin
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 21/10/2014
Age : 22

MessageSujet: Re: Contre la misère   Ven 16 Oct - 10:03

Tous les matins, Hyna se levait au chant du coq. Elle préparait un copieux petit-déjeuner de tartines beurrées accompagnées de lait frais. Puis elle sortait du lit leurs trois enfants qui dévoraient leurs pains et buvait leur écuelle, les yeux encore tout ensommeillés. Elle s'installait dans la chaise à bascule et donnait le sein au petit dernier avant d'aller chercher l'âne Fripon dans l'étable, encore endormie par la chaleur des vaches. Elle accrochait à la selle les ballots qu'elle avait soigneusement remplis des produits de la ferme alors que la lune était encore haute et que toutes les maisonnées étaient toujours endormies. Elle y avait mis du lait, des œufs, du fromage frais, du jambon et de la saucisse de même que les miches de pain qu'elle avait fait cuire la veille. Elle y avait également glissée une outre de vin que le viticulteur de la ferme voisine avait troqué contre les produits de la boulangerie. Une fois les préparatifs terminés Catherine et Alexandre grimpaient dans la charrette qu'Hyna avait attelée et pourvue de paille fraiche. Elle gardait Timothée blottit tout contre sa poitrine. C'est ainsi que chaque jour ils se rendaient au marché.  Elle avait accroché à la ceinture de sa chemise l'aumônière  qui contiendrait les écus de leur vente. Elle serrait soigneusement les cordons de la bourse tout en prenant garde de ne pas se faire dépouiller par une bande de détrousseurs. Dans le Languedoc la concurrence se faisait rude, la vie n'était pas un long fleuve tranquille et le premier arrivé était le premier servi… La rondeur de son ventre qu'elle dissimulait sous sa houppelande lui alourdissait le pas, ses trois enfants réduisaient considérablement la mobilité de la jeune femme et il lui arrivait de plus en plus souvent de revenir la bourse bien plate…

Dondarrion partait encore plus tôt le matin pour aller pêcher le poisson qu'ils mangeraient le soir ou qu'elle vendrait le lendemain. Il était tisserand et la plupart des habits qu'il confectionnait ne se vendait pas… Cela ne ternissait en rien leur bonheur. Ils étaient amoureux comme aux premiers jours. Un simple regard, un petit sourire un frôlement de la main les rendait heureux. Ce jour-là Hyna était rentrée plus fourbue que jamais et les poches encore plus plates… Les enfants jouaient assis par terre avec des chevaux de bois et des marionnettes que Don avait sculptés. Sur bon feu couvert, une petite marmite bouillait tranquillement avec un murmure de satisfaction. C'est un peu tard veiller pour une marmite ; aussi quoique celle-là semble faite au métier, à en juger par ses flancs roussis, passés à la flamme, de temps en temps elle s'impatiente, et son couvercle se soulève, agité par la vapeur. Alors une bouffée de chaleur appétissante monte et se répand dans la demeure. Hyna donnait le sein à Timothée tout en chantant d’une voix mélodieuse des comptines infantiles.


Citation :
Coucou ma belle, je nous amène un invité, oh et il y a du poisson pour ce soir, à moins que tu aies déjà préparé quelque chose?

Au timbre de la voix de son époux qui entrait comme à l'accoutumé, à grand fracas, joyeux et aux cris des enfants qui ne le laissaient pas se dépouiller de ses sacoches. Hyna sursauta et le bébé qu'elle avait endormi se mit à pleurer.

Rhô ! ne t'ai-je pas dit mille fois de ne pas ouvrir la porte à coup de pieds.

Se tournant vers les enfants pour les faire taire berçant le petit pour qu'il se rendorme. elle vola subrepticement un baiser à son époux et se tourna ver l'homme qui l'accompagnait. Il était vêtu de guenilles. Il semblait tellement vieux qu'on ne pouvait plus lui donner d'âge. Un déferlement de compassion envahis Hyna. Elle le fit s'asseoir posa le petit qui s'était endormi dans son berceau.

Bonjour messire asseyez vous et soyez le bienvenu dans notre humble demeure.


Elle alla chercher des gobelets, les disposa sur la table et les remplit de vin chaud. Elle se tourna vers son époux.

Ce poisson arrive à point, il s'accommodera très bien avec la soupe, les pommes de terre et le pain que je n'ai pas réussi à vendre.
Revenir en haut Aller en bas
http://alinstardedeth.forumactif.org
Dondarrion

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 21/10/2014

MessageSujet: Re: Contre la misère   Jeu 22 Oct - 19:12

A peine entré, Dondarrion se rendit compte qu'il avait commit une gaffe de taille... Il avait prit la mauvaise habitude, trop heureux de retrouver chaque soir son foyer, de rentrer chez lui en grande pompe, parfois même en claquant la porte (au risque de la faire sortir de ses gonds) pour bien faire signifier à sa petite famille que le père rentrait. Cependant, cette fois-ci était celle de trop et il ne fallût pas plus pour que Tim fonde en larmes, dans les bras de sa mère. Rouge de honte, Don se confondit en excuses auprès de son aimée et de son fils.

Pardon Tim je n'ai pas pensé à toi, excuse-moi ma belle j'étais trop content de rentrer vous voir...

Heureusement Hyna ne lui en tint pas rigueur et elle le gratifia d'un baiser comme ceux que seule elle pouvait dispenser. C'était à chaque fois la même chose, Don se sentait envahi d'une douce plénitude. Il savait la sensation de confort et d'amour qu'il retrouvait à chaque fin de journée en arrivant dans son foyer. Il prit encore une fois conscience qu'il avait tout pour être heureux. Des enfants nés de l'amour, une femme prête à tout pour le satisfaire car elle éprouve pour lui des sentiments sans fin. Tout ce dont un homme pouvait rêver...

Hyna fit encore une fois étalage de la perfection incarnée qui fait sa personne en recevant leur hôte comme une reine reçoit un sujet dans son château. Elle leur servit immédiatement du vin chaud. Ils bavardèrent longtemps de tout et de rien tandis que Hyna faisait la cuisine tout en papotant avec eux. Ils prirent conscience de la tristesse et de la misère régnant dans la vie d'un mendiant. Les privations que subissaient enfants et vieillards sur les pavés de la rue leur retournèrent à tous deux le coeur. Ils s'insurgèrent intérieurement contre l'injustice de ce monde tout en intériorisant les paroles teintées de chagrin du vieillard. Toujours est-il qu'il mangea comme si c'était là son premier véritable repas depuis un siècle. Arrosant le couple d'une multitudes de compliments et de remerciements à chaque bouchée. Dès qu'il eut fini, il se leva comme s'il voulait partir, leur disant encore une fois à quel point il était reconnaissant de leur gentillesse, qu'il n'avait que très rarement vu cela.


Vous n'allez pas déjà partir? Nous allons vous faire prendre un bain, vous n'avez pas dû avoir l'occasion d'en prendre un depuis longtemps, n'est-ce pas?

Don alla donc tirer plusieurs seaux d'eau au lac et les porta dans la cuisine où Hyna se chargeait de les faire chauffer. Il ne leur fallut pas longtemps pour remplir le baquet d'eau où ils se nettoyaient d'habitude. Des volutes de vapeur s'élevaient de l'eau bienfaisante, comme une invitation à s'évader un instant des problèmes inhérents à leur vie matérielle. Ils invitèrent le mendiant dans la salle de bain et l'y laissèrent. Hyna et Don se retrouvant seuls pour la première fois de la soirée. Dans un geste de tendresse incontrôlée, il la prit doucement dans ses bras.

Je vais aller lui chercher des vêtements dans notre chambre, j'espère que ça ne te dérange pas que je ramène un inconnu à la maison?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Contre la misère   

Revenir en haut Aller en bas
 
Contre la misère
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» pour ou contre le vaccin ROR ?
» Coque pour ou contre
» Appel à un front républicain contre Sarkozy...
» La flottille belgo-néerlandaise de lutte contre les mines
» A ceux qui sont Contre.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A l'instar de Don et Hyna :: A l'instar de Don et Hyna :: RP de Don et Hyna :: Contre la misère-
Sauter vers: